A la Une

Action Praticiens Hôpital appelle à faire grève le 22 mai 2018

Avenir Hospitalier et la Confédération des Praticiens des Hôpitaux, réunis au sein d’Action Praticiens Hôpital, appellent tous les personnels médicaux, odontologiques et pharmaceutiques hospitaliers à rejoindre le mouvement de grève des agents de la Fonction Publique le 22 mai 2018 et ont déposé un préavis en ce sens.
 
Action Praticiens Hôpital exige d’être associé à la concertation sur la réforme de la fonction publique engagée par le gouvernement, sur tous les sujets impactant le statut, l’organisation du travail et la rémunération des praticiens qui exercent à l’hôpital.
 
Nous réclamons que cesse la réduction permanente du financement hospitalier, qui s’amplifie sans tenir compte des contraintes supplémentaires, avec pour conséquence la baisse programmée des effectifs, la dégradation des conditions de travail des personnels et une baisse de la qualité des soins offerts à nos concitoyens.
 
Nous dénonçons la remise en cause du statut des agents de la fonction publique comme seul palliatif aux carences de gestion du budget de la santé, la précarisation des emplois comme solution aux manquements managériaux, l’inflation de la charge de travail comme seule perspective à la souffrance des équipes soignantes.
 
Nous affirmons que seules des mesures d’attractivité ambitieuses permettront d’attirer les jeunes médecins, pharmaciens et dentistes à l’hôpital, et de limiter le recours à l’intérim. Action Praticiens Hôpital s’oppose à une rémunération « au mérite » qui nuit à la cohésion des équipes, et soutient la reconnaissance institutionnelle des valences professionnelles. Nous serons également très vigilants quant à la réforme des retraites à venir.
 
Action Praticiens Hôpital considère qu’une large mobilisation des personnels médicaux hospitaliers est nécessaire afin que soient pleinement reconnus les acteurs qui portent les valeurs du service public.
 
Site web : http://aph-france.fr
Contacts :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président CPH, Président APH 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président AH, Vice-président APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Secrétaire général APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Trésorier APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Présidente d'honneur APH 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 10 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Juin 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...