A la Une

Préavis de grève du 26 septembre : Flash Info

Ce Flash-Info (télécharger le document en cliquant ici) du 17 septembre a pour objectif de vous informer sur les ralliements au préavis de grève des soins par les praticiens hospitaliers le lundi 26 septembre 2016 à l’appel du SNPHAR-E et soutenu par deux Intersyndicales, AVENIR HOSPITALIER et la CONFEDERATION des PRATICIENS des HOPITAUX réunis au sein d’ACTION PRATICIENS HÔPITAL.

Aujourd’hui, 11 organisations représentant des secteurs clé de l’hôpital public vous demandent de suivre les termes du préavis de grève et de cesser le travail le 26 septembre en vous déclarant gréviste auprès de votre administration et en nous le signalant, avec vos commentaires, sur l’adresse signalée Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Nos organisations n’ont pas pour habitude de vous solliciter inutilement. Tant par respect des usagers que de vous-mêmes. Mais à l’heure actuelle, votre mobilisation nous est nécessaire dans la perspective de négociations qui devront s’ouvrir pour sortir l’hôpital public de l’enlisement qui est le sien et dont chacun subit les effets au quotidien. Personne ne doit se résigner à constater jusqu’à 30 et 40 % de postes non pourvus et la soumission actuelle au Marché de l’intérim médical, véritable fléau, conséquence d’une attractivité insuffisante des carrières hospitalières.

Ça n’est donc pas une grève d’anesthésistes réanimateurs, mais un mouvement global des spécialités hospitalières.

La question du temps de travail doit être reposée, et résolue. Celle des revenus aussi. Mais, pour que l’air de l’hôpital redevienne respirable, il ne faut pas oublier les aspects organisationnels pour lesquels votre engagement responsable doit être pris en compte avec l'indispensable part d’autonomie qu’il suppose.

La création des Groupements Hospitaliers de Territoires vous a été exposée. Ils importeront les organisations et les temps de travail. Ce terrain vous concerne et nous nous engageons pour la défense de vos intérêts matériels et moraux, comme c’est notre rôle d’organisations syndicales représentatives.

N’hésitez pas à faire circuler ces informations.

Merci de votre confiance,

Nicole SMOLSKI présidente d’APH
Max-André DOPPIA president d’AH
Jacques TREVIDIC président de la CPH
Yves REBUFAT président du SNPAHR-Elargi

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 9 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Février 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...