Archive des Actualités

Assemblée générale de AH: Le Dr Max André DOPPIA succède au Dr Nicole SMOSLKI, et le bureau est renouvellé

Lors de son Assemblée Générale, le mercredi 6 janvier 2016 à Paris, l’Intersyndicale Avenir Hospitalier a procédé au renouvellement de son Bureau dont la composition devient la suivante :

Président : Dr Max-André Doppia (CHU Caen)

Déléguée Générale : Dr Nicole Smolski (Hospices Civils de Lyon)

Secrétaire Général : Dr Renaud Péquignot (Hôpitaux de St-Maurice)

Vice-Présidents : Dr Pascale Le Pors (Hôpital de St-Malo), Dr Yves Rebufat (CHU Nantes), Dr François Braun (CHR Metz-Thionville), Dr Olivier Duffas (CHU Fort-de-France), Dr Bruno Laversin (Ch Seclin-Carvin 59-62)

Trésorier : Dr Raphaël Briot (CHU Grenoble)

Chargé de Mission : Dr Jean Garric (CHU Nancy)

Chargé de Mission pour la Gériatrie : Dr Michel Salom (Fondation Bellan Magnanville 78)

- La cooptation de personnes pour répondre à des missions complémentaires décidées par le Conseil d’Administration sera finalisée courant janvier.

En rendant hommage à l’engagement exemplaire de Nicole Smolski qui a permis le développement d’AVENIR HOSPITALIER et de relations de confiance dans le paysage Intersyndical, notamment par la création très récente de la Fédération ACTION-PRATICIENS HÔPITAL, le nouveau Conseil d’Administration a réaffirmé sa volonté de poursuivre dans cette voie avec le président de la CPH, Jacques Trévidic.

Après deux décennies de réformes, l’hôpital public, dont la mutation est nécessaire, a,  plus que jamais, besoin de ses professionnels et de leur investissement pour répondre aux attentes légitimes de la population. Au moment où se joue l’avenir de notre système hospitalier et de ses professionnels, à bien des égards trop malmenés, toutes les énergies mobilisables chez les PH doivent converger pour aboutir à la normalisation des conditions de leur travail, à sa pleine reconnaissance et à la redéfinition de relations plus saines avec une administration qui doit se rapprocher des partenaires sociaux que nous sommes. Les Praticiens Hospitaliers doivent comprendre que l’issue ne peut alors se trouver que dans la solidarité et la détermination plus que dans le repli solitaire et l’apathie. 

De vastes chantiers sont désormais ouverts. Dans tous les domaines, AVENIR HOSPITALIER veillera à faire respecter les délais de livraison …

 

 


 

Eléments biographiques

Âgé de 62 ans, marié, un enfant, le Dr Max-André Doppia, a fait ses études de médecine au CHU du Kremlin-Bicêtre de 1972 à 1978 (Université Paris-XI). Thèsé en 1983, qualifié l’année suivante en Anesthésie Réanimation au CHU de Caen, il y est nommé après avoir été reçu au Concours National de Praticien Hospitalier en mars 1985. La même année, il adhère au SNPHAR. En s’engageant à promouvoir la santé et la qualité de vie au travail dans sa spécialité, il est élu au Conseil d’Administration en 1998. Successivement administrateur, chargé des relations avec les adhérents, puis secrétaire général et enfin, vice-président du SNPHAR, il milite pour son élargissement aux autres spécialistes.

Contribuant à la création par le SNPHAR-E de l’Observatoire de la Souffrance au Travail des Praticiens Hospitaliers, le Dr Max-André Doppia assume un engagement concomitant dans le Comité Vie Professionnelle de la Société Française d’Anesthésie Réanimation et au Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs dont il devient vice-président puis secrétaire général-adjoint.

En septembre, 2009, le suicide de trois anesthésistes réanimateurs en 15 jours, mobilise la profession pour la création de la commission SMART dont le CFAR lui confie la présidence. Ses multiples initiatives de sensibilisation aux Risques Psycho Sociaux et les outils mis à disposition grâce au travail collectif qu’il conduit, lui font décerner par la SFAR, le Trophée « Ils ont fait progresser l’Anesthésie Réanimation » lors du Congrès National de la SFAR en 2014.

Délégué régional AH et membre de la Commission Régionale Paritaire en Normandie, il est élu à la commission statutaire nationale et au conseil de discipline auprès du CNG.

Sa phrase fétiche : « On est bien parvenu à désensabler le Mont-Saint-Michel que le monde entier nous envie. Les hospitaliers ne laisseront pas l’hôpital public s’enliser dans les dysfonctionnements sans bouger… »

 


Et en bonus, les lapsus de début de mandat de AH (note du webmaster: le webmaster à déjà été remercié...)

 

 

 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 10 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Juin 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...