Communiqués de presse

« Nous devons maintenant adresser un signal fort aux Pouvoirs Publics ! »

« Préavis de grève - 26 septembre 2016 : appel à tous les Praticiens Hospitaliers »

Depuis plus de 4 ans, le gouvernement alterne promesses, commissions, réflexion et reculades. Nous n’avons toujours rien obtenu de concret pour l’attractivité des carrières hospitalières et, à l’heure où près de 30 % des postes de Praticiens Hospitaliers sont vacants, ce chiffre et nos conditions de travail s’aggravent chaque année. Le ministère de la Santé doit prendre la mesure de l’urgence à intervenir efficacement pour répondre aux attentes des praticiens hospitaliers. Pour l’instant, la seule mesure d’attractivité concrète est la retraite à 72 ans !!! et malgré nos avis incessants aucune des mesures qui auraient pu concerner les praticiens hospitaliers titulaires n’a été discutée (24H = 5 plages et non 4, temps de travail adapté aux carrières hospitalières avec temps non clinique, rémunérations plus attractives).

Avenir Hospitalier s’associe aux revendications inscrites dans le préavis de grève des soins urgents et non urgents déposé par le SNPHARE dans les hôpitaux pour le 26 septembre. AH et les organisations syndicales qui la composent appellent toutes les Intersyndicales de praticiens à s’y associer.

Les médecins libéraux viennent d’obtenir une revalorisation substantielle du prix de la consultation, âprement négociée. Mais l’Hôpital qui, chaque jour, accueille davantage les patients n’accueille plus les médecins. Il continue de les tenir hors ses murs, sauf à les engager comme mercenaires dans un intérim médical légalisé et quasiment hors de contrôle des directions locales, ou à les transformer en médecins nomades au sein des GHT.

Cette augmentation permanente de la charge de travail avec toujours moins de moyens oppose une contradiction éclatante aux discours de la ministre Marisol Touraine qui avait pourtant commencé son ministère par un « Pacte de Confiance » qui n’a rien apporté 4 ans plus tard. Aujourd’hui, sur le terrain quotidien, c’est la défiance devant une promesse non tenue.

Nous appelons à soutenir massivement le mouvement de grève totale du 26 septembre avec tous les Praticiens Hospitaliers et à reconduire la grève de la Permanence des Soins tant que nous n’aurons pas obtenu nos revendications de base, légitimes et simples : 

  • Participation à la permanence des soins de 24 H reconnue à hauteur de 5 plages sur le tableau de service, mesure d’équité entre praticiens réclamée par les 5 intersyndicales (cf CP unitaire du 17 mai 2016 qui, rappelons-nous nous avait même valu l’annulation d’une réunion prévue de longue date à la DGOS). Possibilité pour tout praticien hospitalier d’avoir la maîtrise de son temps de travail sans subir le flou réglementaire actuel à son seul détriment ! Ouverture de négociations pour modifier l’article 2 de l’arrêté du 30 avril 2003 avec décompte en temps continu pour tous les praticiens, sauf demande expresse à rester en demi-journées. 20% de temps non clinique contractualisé avec dimensionnement des équipes le permettant.
  • Une revalorisation substantielle de la Prime d’Exercice Public Exclusif qui représente un engagement de 20% de notre temps et doit donc représenter au moins 20% de notre salaire soit au minimum 1000 € nets pour le 4ème échelon.
  • La création d’un 14ème échelon pour encourager les Praticiens expérimentés à rester à l’Hôpital Public
  • Le démarrage de la carrière au niveau du 5ème échelon actuel afin d’en finir avec la baisse de salaire du début de carrière après le Clinicat. 

Toutes ces revendications ont été portées par Avenir Hospitalier depuis plusieurs années avec une insupportable suite de promesses non tenues de la part du ministère : ÇA DOIT CESSER ! Les promesses doivent devenir des actes pour que la carrière de Praticiens Hospitalier redevienne enfin attractive !

Ce préavis de grève est aujourd’hui nécessaire pour débloquer une impasse : manifestez votre engagement en cliquant sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour signaler votre participation.

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 9 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Février 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...