Communiqués de presse

Médiation et conciliation : des outils indispensables

Communiqué de presse APH du 30 avril 2018

Action Praticiens Hôpital, qui réunit Avenir Hospitalier et la Confédération des Praticiens des Hôpitaux, soutient la création d’une filière de médiation au sein des établissements publics de santé.

Toutefois, celle-ci doit s’inscrire dans un processus plus général de gestion des conflits internes au sein des hôpitaux publics dans laquelle la conciliation a une importance majeure. Pour ce qui concerne les personnels médicaux hospitaliers, il doit être mis en place quatre niveaux :
- La conciliation locale : elle doit être possible sous la forme de "Commission de vie hospitalière", en tant que sous-commission de la CME, dans lesquelles les collègues syndiqués doivent avoir une place.
- La conciliation régionale : c'est une des missions des Commissions régionales paritaires (CRP). Celles-ci doivent voir leur place réaffirmer par les pouvoirs publics. Il  n’est pas acceptable de les voir passer sous silence par les autres acteurs hospitaliers au motif que la présence des syndicats de PH n’est pas la bienvenue . Edouard Couty nous a assuré lors de la concertation sur ce texte qu'elle serait bien intégrée à ce dispositif en étages mais comme les promesses n'engagent que ceux qui y croient, nous exigeons que cette mission des CRP soit confirmée.
- La médiation (inter)régionale.
- La médiation nationale.
Ces 2 derniers échelons ne peuvent pas intégrer les syndicats car la médiation implique des critères d'indépendance qui exclut les représentants des employeurs et des employés. Cette garantie d’indépendance est légitime et ces échelons doivent se constituer à l’exemple de ce qui existe pour le médiateur de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur.
 
À l’heure où la fusion CTE-CHSCT fait bien partie de la feuille de route de la réforme de la fonction publique lancée dans le cadre de la mission « Action publique 2022 », il est indispensable de se poser à nouveau la question du lieu de discussion concernant les conditions de travail des PH et de la place de leurs représentants syndicaux. Compte tenu des pouvoirs réels des CHSCT qui devraient être transmis à la nouvelle instance fusionnée CTE-CHSCT, il faudra nécessairement que l'équivalent pour les personnels médicaux hospitaliers soit prévu et donc qu’une instance locale soit créé où les représentants syndicaux des PH seront représentés afin de pouvoir défendre les intérêts de leurs mandants.

Site web : http://aph-france.fr

Contacts :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président CPH, Président APH 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président AH, Vice-président APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Secrétaire général APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Trésorier APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Présidente d'honneur APH 

 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 10 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Juin 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...