A la Une

création de l'intersyndicale ACTION PRATICIENS HOPITAL (APH)




Les deux intersyndicales de Praticiens Hospitaliers, Avenir Hospitalier et la Confédération des Praticiens des Hôpitaux, ont le plaisir de vous annoncer leur rassemblement pour communiquer et agir sous une bannière commune :
ACTION PRATICIENS HOPITAL (APH)

 


Ensemble, nous avons acté :
* notre communauté de valeurs,
* notre semblable engagement de travail concret au plus près des collègues,
* le plaisir de travailler en commun depuis plusieurs années en confrontant nos points de vue et nos initiatives souvent complémentaires,
* le besoin d’unir nos forces pour porter un message efficace aussi bien vers les collègues, que vers les pouvoirs publics au niveau national, régional ainsi qu’au niveau local.


Il nous a semblé nécessaire d’adresser ce message d’unité et de rassemblement aux collègues praticiens hospitaliers et d’afficher notre détermination à continuer à les défendre ensemble.


Parce que la vie à l’hôpital est devenue de plus en plus dure, y compris pour ses usagers,
Parce que tout a changé, depuis HPST et la T2A, en termes de relations professionnelles et humaines au sein de nos institutions,
Parce que, trop souvent, le « bon travail » nous est rendu strictement impossible,
Parce que la crise démographique largement annoncée mais non anticipée a des conséquences désastreuses sur nos pratiques,
Parce que, selon nous, les propositions d’attractivité ne sont pas à la hauteur des enjeux, même si elles comportent des avancées, il faut à présent forcer le rythme des changements nécessaires et agir enfin !

`
Le temps n’est plus aux divisions historiques entre syndicats mais plutôt à l’installation d’un front commun pour soutenir les collègues, leur démontrer les perspectives réalistes d’un engagement syndical qu’il leur faut entendre et soutenir.


Nous rassemblons ainsi nos forces de propositions et de mobilisation : voilà donc ACTION PRATICIENS HOPITAL (A.P.H.), avec lequel il faudra désormais compter.


Nicole Smolski, présidente APH, présidente AH
Jacques Trévidic, vice-président APH, président CPH
Max Doppia, vice-président APH
Marc Bétremieux, secrétaire général APH
 

 

Colloque Avenir Hospitalier - 2016

QUEL AVENIR (HOSPITALIER) POUR LA CHIRURGIE ?

12 Mai 2016, Paris

Ce colloque a été une belle journée, riche en débats. Avenir Hospitalier remercie l'ensemble des orateurs pour la qualité de leur présentation et les participants à cette journée, qui sont parfois venus de loin, pour la qualité des débats.

                                                 

Les multiples bouleversements de la santé, les réformes successives de l’hôpital (HPST, T2A, organisation de l’activité autour de blocs centralisés, temps de travail, évolutions sociologiques), ont profondément modifié l’exercice de la chirurgie à l’hôpital et ce colloque a permis d'aborder plusieurs facettes de ces évolutions.

Nous rappelons que l’intersyndicale Avenir Hospitalier vient de créer un espace syndical chirurgie publique  et a décidé de se pencher, avec et pour les acteurs hospitaliers, sur ces évolutions. Ce colloque a été une première étape de ce cycle de réflexions avec les chirurgiens hospitaliers, quelle que soit leur spécialité, et quel que soit leur statut.

 

PROGRAMME ET DIAPORAMAS

  •   La chirurgie hospitalière est-elle en crise ? Quelles évolutions, quelles perspectives ? Le super-héros dévoué H24 est-il en voie de ringardisation ? (télécharger le diaporama)
    Pr François Richard, chirurgien urologue, ancien président de l’Académie Nationale de Chirurgie.

     

  •   Chirurgien hospitalier : analyse démographique évolutive selon les spécialités chirurgicales, selon les types d’établissements, selon la nature des diplômes (français, européens, extra-européens). Prospective pour les années à venir. (télécharger le diaporamatélécharger la synthèse)
    Danielle TOUPILLIER, Directrice Générale du Centre National de Gestion (CNG).

  •     La pratique de la chirurgie, mythe et réalité : crise des vocations ? profession prestigieuse ou profession en berne ? Quelles transformations récentes ? Féminisation : ouverture ou dégradation symbolique ?  (télécharger les diaporamas, O. Farges, N. Smolski)

  • Pr Olivier Farges, PU PH chirurgie digestive (Beaujon) et Nicole Smolski, Présidente d’APH, présenteront les travaux de Régine Bercot, Pr de Sociologie à Paris 8
     

  •    Présentation des résultats de l'enquête chirurgie (télécharger le diaporama)
    Dr Pascale Le Pors et Dr Olivier Duffas pour Avenir Hospitalier

  •  Chirurgie nouvelle donne : GHT bien ou mal ? (télécharger le diaporama). 
    Dr Pascale Le Pors, chirurgien gynécologue (St Malo) 

     

  •  Ambulatoire, le nouveau Graal mais pour qui ? (télécharger le diaporama)
    Pr Henri-Jean Philippe, Président du collège de chirurgie ambulatoire de l’APHP

  •   Comment les jeunes chirurgiens voient-ils leur avenir ? (télécharger le diaporama)
    Dr Marc Olivier Gauci, Président du CNJC et Dr Baptiste Boukebous, Président de l’ISNI, chirurgien orthopédiste
     

  • Public, privé, quelles convergences, quelles divergences, quels attraits de chaque type d’exercice ? (télécharger le diaporama)
    Dr Didier Legeais membre du CA de l'AFU, Président du SNCUF (Syndicat National des Chirurgiens Urologues Français) et Pr Pierre Mongiat-Artus, PU-PH urologue (APHP)
     

  •  Chirurgie urgente, chirurgie programmée : comment articuler ces deux faces du métier pour que le chirurgien ait envie de travailler à l’hôpital  (télécharger le diaporama)
    Dr Philippe Boisrenoult PH chirurgie orthopédique (Versailles)

 

 

Table ronde : CH, CHU : quelle place pour les chirurgiens au sein du service public ? Quelles propositions pour un réel regain d’attractivité ? 

A partir d’une enquête flash sur la chirurgie et des échanges, 3 principaux problèmes, 3 pistes de solutions.
David Gruson, délégué général FHF, Armelle Drexler Coordinatrice de la Commission des affaires médicales de la Conférence des Directeurs Généraux de CHU,  Zaynab Riet pour la Conférence des DG de CH ,Dr Laurent Hubert PH chirurgie orthopédique (Angers) Dr Pascal Poli PH chirurgie digestive (Evreux)


  •  

     

 

L'Echo JuriSanté spécial Loi de santé

 

A lire le numéro spécial d'Echo JuriSanté sur la Loi de Mordernisation du système de santé en 32 fiches pour les hospitaliers, document très synthétique rédigé par des spécialistes du droit de la santé.

http://asp-indus.secure-zone.net/v2/index.jsp?id=1322/1789/4375&lng=fr

 

Hôpitaux verrouillés, hôpitaux à déverrouiller ? - Nicole Smolski

La Fédération Hospitalière de France (FHF), organisme qui regroupe les établissements de santé, leurs dirigeants et les Conférences de PCME et de Directeurs, vient de sortir sa plate forme de propositions pour 2017, année électorale.
 
Les positions de la FHF sont toujours à prendre en compte très attentivement, la FHF étant un puissant lobby face aux pouvoirs politiques quels qu’il soient. À la manœuvre pour HPST, pour la territorialisation et les GHT, on voit que leurs propositions sont entendues, reprises, et concrétisées, même si ce n’est pas instantané.
 
Position complexe, car la FHF se veut à la fois défense du service public, et défense des employeurs hospitaliers : deux positions qui parfois mènent à un grand écart idéologique, comme on a pu le voir lors de toutes les discussion sur l’attractivité des carrières médicales hospitalières, où ses représentants ont toujours freiné toute avancée notable, tout en affichant officiellement des besoins de réformes pour ré-enchanter les praticiens hospitaliers.
 
Cette plate forme présidentielle (http://www.fhf.fr/Actualite/A-la-Une/La-plateforme-de-propositions-de-la-FHF-pour-2017-2022) présente 12 orientations politiques à l’intention des candidats, et 50 propositions plus détaillées, destinées au prochain ministre de la Santé, afin de « déverrouiller » le système de santé et « libérer les énergies » des professionnels.
 
Le mandat présidentiel se veut un tissu de très bonnes intentions, appelant à une mutation nécessaire pour que les hôpitaux accordent plus de confiance aux initiatives de terrain, et puissent décider d’une simplification des strates administratives, et valoriser ceux qui font le service public. Excellent postulat, pour nous soignants qui désormais croulons sous les diverses couches managériales et bureaucratiques. 
 
Sauf que la lecture attentive tout le long du texte, mais principalement dans la priorité n°6 (« Donner des marges d’action accrues aux établissements publics pour leur permettre de s’adapter plus vite aux réalités territoriales ») fait vite comprendre que cette description de la bureaucratie et de l’enfermement de toute initiative n’est pas celle que nous vivons auprès des patients dans notre quotidien : la bureaucratie décrite est plutôt celle que déclarent vivre les directions d’hôpitaux, qui s’estiment coincées par les ARS dans ce qu’ils décrivent comme une centralisation étatique.
Nulle part n’est relevée la même exigence pour diminuer la contrainte et la bureaucratie au sein de nos hôpitaux : pourtant, c’est bien une clé de déverrouillage que nous, praticiens des hôpitaux, aimerions voir appliquer ! Si la FHF réclame un allégement des effectifs des ARS, nous pouvons nous aussi prôner un allègement des effectifs administratifs et bureaucratiques de nos établissements, pour consacrer ces budgets aux effectifs de soignants ! Mais il est vrai qu’appliquer des techniques de management libérales aux services publics nécessite un encadrement puissant et très dispendieux : c’est là la contradiction du New Public Management dont nous vivons les affres depuis 10 ou 20 ans, mais sur laquelle la FHF ne propose pas de revenir, sauf pour leurs contraintes à eux ! 
On peut prôner l’agilité dans les missions à mener, mais cette agilité ne semble à décliner qu’entre ARS et directions hospitalières, pas au cœur des missions de soins pour lesquelles on ne nous propose plus jamais la possibilité d’être agiles. 
 
Il est utile d’applaudir aux propositions de réaliser une « convergence des devoirs » entre tous les acteurs de santé financés par des fonds publics (on peut se demander lesquels y échappent dès que l’Assurance Maladie entre en jeu?) plus qu’une convergence tarifaire qui met dans la même cour ceux qui sélectionnent leurs patients et nous.
 

Concept d’autnomie des hôpitaux : méfiance !

Au milieu d’un fatras de mots creux et de bons sentiments très généraux, et de langage hyper-techno, (principe de « responsabilité populationnelle », qualité et santé publique au cœur du projet de santé territorial, nouvel élan à la démocratie en santé), il faut surveiller de très près un concept décliné et susurré tout le long du document : celui d’autonomie des hôpitaux. Ce concept, qui va de concert avec la diminution réclamée du poids étatique des ARS, est la déclinaison aux hôpitaux de ce qui a été mis en place pour les universités en 2007 : sous couvert de plus de liberté, de « libérer les énergies », c’est, au sein de budgets hyper-contraints, donner aux managers universitaires non plus le rôle d’enseignants ou de chercheurs, mais celui de gestionnaires. C’est créer des hôpitaux riches et des hôpitaux pauvres, c’est ouvrir la porte comme dans les universités à de nombreuses dérives, anomalies et contournements des règles, relevés par la Cour des Comptes : une politique de ressources humaines axée sur des primes et des indemnités croissant plus vite que les effectifs, le souci de rétribution des mérites individuels ouvrant la porte à tous les arbitraires et copinages : on vit déjà à l’hôpital dans un management par des castes, mais au moins y-a-t-il des garde-fous : l’autonomie des hôpitaux, c’est la porte ouverte aux hiérarchies entre bons médecins (les obéissants aux dogmes managériaux, ou ceux qui produisent de la T2A), et les autres
 

On est bien loin d’une politique sociale de bienveillance au travail !

Cette porte ouverte à toute dérèglementation est confortée par les priorités n°4 et 5 : « respecter et prendre soin des professionnels de santé », « un nouvel élan d’attractivité médicale ». 
A l’heure où les risques psycho-sociaux au sein des hôpitaux émergent avec une telle violence que la Ministre a dû prendre des mesures, la FHF recommande de répartir différemment les compétences à moyens constants et de donner de nouvelles responsabilités aux professionnels de santé (traduire : « transferts de tâches » à tous les étages), de créer des outils de valorisation du mérite et d’intéressement (traduire : primes au rendement), favoriser la promotion par l’encadrement (traduire : la seule promotion c’est devenir manager) : on peut dire que la FHF est passée totalement à côté de ce que doit être une politique sociale de bienveillance au travail : le temps des « Hôpitaux magnétiques » n’est hélas pas arrivé et Mr Couty va avoir beaucoup de travail. 
 
Ce n’est pas le Projet Médical tel que conçu par la FHF qui va redonner envie aux praticiens de s’engager dans le service public : une fois de plus, c’est les équipes qui doivent le concevoir, et pas des managers même médicaux, même après une révolution du management médical : fondamentalement, nous n’avons pas besoin de managers médicaux. Nous avons besoin de pairs, épanouis dans leur travail quotidien, avec les moyens de travailler au plus près des patients, de pouvoir monter des projets au sein des équipes, sans rencontrer des obstacles incessants et totalement démotivants au vu de leur lourdeur : déverrouillez les organisations managériales au sein des hôpitaux, faites confiance aux acteurs, accompagnez-les, et vous verrez que l’hôpital redeviendra attractif. L’hôpital se meurt de ses petits chefs et de ses grands chefs, mais ça la FHF ne le voit pas.
 
Les propositions de réforme du financement des hôpitaux ne sont pas révolutionnaires, la T2A va rester le maître mot du financement : à la hauteur du peu de réformes du financement engagées par le Ministère malgré ses engagements initiaux ! 
 
 

Les clés de déverrouillage

 
Entendre que l’hôpital est verrouillé est assez infamant, quand on voit les capacités d’adaptation dont il est capable en cas de crise sanitaire ou lors des attentats récents. Bien sûr que l’hôpital doit évoluer, avec son temps et son environnement. Ces clés sont tellement sous-tendues par un processus idéologique et politique de libéralisation, d’autonomie, de levée de toutes les « contraintes » qui empêchent les managers de gouverner comme ils l’entendent, que la lecture de ces clés de déverrouillage conduit à la nausée : en filigrane, on peut lire que la suppression des statuts, des professions, des directives européennes protectrices, des arbitrages par l’Etat, des outils de dialogue social actuels, vont permettre à des hôpitaux autonomes d’augmenter la durée de travail, de modifier les rémunérations, d’organiser les délégations de tâche comme bon semblera localement utile à ces managers et cadres enfin renforcés dans leur autorité. Sauf que si nous voulons ce genre d’organisation du travail, encore pire que celle de maintenant où existent des garde-fous, autant aller dans le privé, où nous gagnerons plus tout en étant mieux considérés par les directions !. 
 
En réalité, tant que le Service Public Hospitalier sera contraint par un ONDAM trop bas, par une nécessité de courir après la rentabilité au prix de choisir ses patients d’user à la tâche ses acteurs ou à les faire partir écoeurés par les incompatibilités entre ce pourquoi ils ont choisi le service public et ce qu’on les oblige à vivre, toutes les clés de déverrouillage ne seront qu’un cautère sur une jambe de bois : ce n’est pas ça qu’une plate forme destinée au futur Président de la République doit contenir. 
 

 

 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 11 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Octobre 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...