A la Une

« La protection fonctionnelle pour les PH enfin inscrite dans la loi ! »

 

Réunis au sein d’ACTION PRATICIENS HÔPITAL, AVENIR HOSPITALIER et la CPH, se félicitent du vote par le Sénat le 8 avril dernier de la loi relative à la déontologie, aux droits et obligation des fonctionnaires. Par l’article 20 de cette loi, le Sénat vient en effet de voter l'extension de la protection fonctionnelle (PF) aux praticiens hospitaliers.

Consciente de l’importance de cet enjeu, APH informe l’ensemble des Praticiens Hospitaliers et, par extension, tout agent médical, odontologiste, pharmacien ou biologiste, titulaire ou non, sénior ou junior des hôpitaux sur ce droit et les moyens concrets de son application.

Dans le cas d’espèce d’un directeur qui pourrait être partie prenante d’un conflit, si un refus de PF est signifié à un collègue par ce même directeur, le directeur se trouvant alors de facto, juge et partie, APH demande aux praticiens de faire très rapidement remonter ces dossiers aux instances syndicales nationales.

Lire la suite ... .

GHT du mieux, mais insuffisant !

« Vigilance accrue ! » C'est le message qu’Avenir Hospitalier doit vous adresser par son Communiqué de Presse commun avec la CPH le 15 février 2016.

Après analyse approfondie, le projet présenté le 5 février dans le cadre de la concertation avec les Pouvoirs Publics, ne répond pas à nos inquiétudes.
Ainsi, dans une organisation hospitalière profondément transformée en quelques mois seulement, pourra-t-on reléguer les Praticiens Hospitaliers à un rôle d’exécutants d’un projet médical territorial qu’ils n’auraient pas été conviés à dessiner ?
Pourra-t-on les réaffecter dans un large pôle de territoire sans leur consentement ?
Pourra-t-on décider à leur place qui sera le directeur de la stratégie médicale du territoire ?

En l’état du texte, la réponse est oui ! Mais ce n’est pas tout…
Demain, quelle gestion RH - des praticiens - au niveau du territoire ? Quel est cet espace de discussion sans précision, donc, laissée à l’arbitraire ?

Prenez connaissance du CP en cliquant ici et continuez de nous faire remonter vos informations du terrain et votre détermination : elle est naturellement la nôtre … »

Le Conseil d'Administration d’AH

Les GHT ne doivent pas transformer les praticiens hospitaliers en nomades !

Le 5 février dernier, les deux intersyndicales Avenir Hospitalier et la Confédération des Praticiens Hospitaliers ont alerté tous les praticiens hospitaliers sur le risque de publication d’un décret sur les groupements hospitaliers de territoire (GHT) qui n’impliquait pas les équipes médicales dans l’élaboration des projets médicaux de territoire (PMT).  (cf CP APH

Les praticiens hospitaliers n’acceptent pas de devenir des "producteurs de soins nomadisés" subissant une organisation qui leur serait imposée par une hiérarchie éloignée du terrain. 

Une nouvelle version a été soumise à concertation le 5 février. Elle ne présente toujours pas de garanties suffisantes quant à l’implication des équipes dans l’élaboration et la rédaction du PMT ni dans l’encadrement de ce vaste plan de restructurations hospitalières. Les professionnels doivent être pleinement impliqués dans un espace qui ne peut qu’être un espace de démocratie hospitalière et non d’arbitraire administratif ou de hiérarchie médicale. 

Nous formulons aujourd’hui à nouveau des propositions de rédaction pour l’inscription claire des prérogatives des praticiens hospitaliers, futurs acteurs du quotidien des GHT.

Sauf à risquer l’ouverture d’un conflit social dans lequel vous seriez appelés à peser de tout votre poids, nos propositions devront être prises en compte.

L’heure tourne : au lendemain de la tenue de la Grande Conférence de la santé, processus auquel nous avons participé depuis juillet dernier, nous restons disposés à la concertation pour traduire vos aspirations dans les textes de déclinaison de la Loi de Modernisation du Système de Santé.

Vigilance !

GHT ? Kesako ?

 

Le défi des GHT : parution de la loi de santé au JO 

Beaucoup de questions se posent concernant la mise en oeuvre des Groupements hospitaliers de territoire. Action Praticiens Hôpital vous propose de déchiffrer les conséquences de ce texte qui vient de paraître au Journal officiel du 27 janvier 2016.

Les 2 et 3 février 2016, les premiers textes des GHT feront l'objet d'une discussion au Ministère avec les intersyndicats, mais nous n'avons toujours reçu aucun document de travail à analyser.

Vous trouverez en cliquant icin au format PDF, une analyse syndicale détaillée. Vous trouverez ci-dessous une série de questions / réponses. Pour lire la suite, cliquez ici.

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 8 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Octobre 2017

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...