A la Une

Préavis de grève du 10 octobre

Un prévis de grève a été déposé par Avenir Hospitalier ce jour auprès de la Ministre des solidarités et de la santé pour la journée nationale du 10 octobre 2017. Il concerne l'ensemble des personnels médicaux, pharmaceutiques et odontologiques des établissements publics de santé, quels que soient leurs statuts.

Burning out sur la chaîne ARTE

 

Ce soir, les Français seront des millions à regarder le film BURNING OUT, de Jérôme Le Maire sur la chaîne ARTE.
NON, les hospitaliers ne sont pas à côté de la plaque quand ils dénoncent un système qui est devenu une machine à briser les énergies !
NON, ce n’est pas un film "à thèse”, comme l’a prétendu Martin HIRSCH, et comme ne manqueront pas de le prétendre d’autres décideurs.!
NON, il n’est pas un complot ourdi depuis l’étranger, mais il montre tout simplement une réalité que vivent beaucoup d’entre nous au quotidien !
Nous vous engageons vivement à le voir puis, à suivre les débats qui ne manqueront pas à sa suite.
Libération vous propose le lien pour le voir à votre heure, surtout si vous êtes de garde ce soir… c’est ici : http://www.liberation.fr/france/2017/10/01/hopital-au-coeur-de-l-usure_1600196
(NB : le film est disponible en streaming sur le site ARTE puis vendu en DVD. Des développements sont accessibles ici http://www.burning-out-film.com/?lang=fr

le Conseil d’Administration d’AVENIR HOSPITALIER

Lettre à la Ministre sur « les violences obstétricales »

logo

Le SYNGOF au sein d’Avenir Hospitalier, et avec la CPH a été reçu par la Ministre de la santé. L’accent a été mis sur plusieurs points importants (Lire Communiqué APH).
La polémique sur « les violences obstétricales » a été tout particulièrement dénoncée et cette lettre remise à la ministre qui nous a assurés de son soutien médical plein et entier.

 

Madame la Ministre,

L’Intersyndicale Avenir Hospitalier comprend en son sein notamment les Anesthésistes Réanimateurs (SNPHAR-E) et les Gynécologues Obstétriciens (SYNGOF). Nous nous sentons particulièrement concernés par la campagne médiatique sur « les violences obstétricales » et son relai au sein du gouvernement actuel.
Il n’est pas anodin que l’obstétrique soit en tête des spécialités attaquées. La salle d’accouchement est pour tous ses acteurs un équilibre permanent entre physiologie et pathologie, entre joies et drames. Il est donc facile, sur fond de naturalisme mal compris (cf campagne anti-vaccinale), de reprocher à ses acteurs d’exercer un pouvoir sur les femmes et les enfants. Notre cœur de métier est de détecter le pathologique, de le prévenir, de le traiter. Il est facile de nous traiter de trouble-fêtes, car chaque complication lors d’un accouchement rompt l’harmonie nécessaire à la naissance. Pourtant, comment imaginer revenir au temps de la morbi-mortalité d’il y a encore quelques décennies en France ou celle qui règne aujourd’hui encore dans certains pays ?
Notre propos n’est pas de défendre à tout crin des pratiques connotées dans le temps, car nous sommes persuadés que nos pratiques doivent en permanence évoluer pour répondre aux évolutions de la science et de la société. Ni de défendre des pratiques contraires à l’éthique ou au respect des patients(es). Les comportements déviants de certains professionnels de la naissance ne sont pas acceptables, mais les éradiquer, c’est travailler ensemble, grâce au développement professionnel continu. C’est aussi réfléchir aux conditions d’exercice actuellement dégradées avec un rythme de gardes effréné, des troubles du sommeil, conduisant souvent à un isolement destructeur pour la santé des soignants.
L’écoute des femmes comme celle de tous les patients est indispensable, c’est ainsi que nos pratiques évoluent dans le bon sens, nous le faisons au quotidien et nous continuerons à le faire.
Au quotidien, nous rencontrons les femmes, les couples ; nous sommes à leurs côtés, nous leur faisons profiter des progrès médicaux en termes de sécurité et de confort avec l’analgésie. Nous ne les obligeons pas à demander une péridurale, ni à allaiter et la pratique d’une aide instrumentale, d’une césarienne ou même d’une épisiotomie, est une décision de l’équipe obstétricale confrontée à ce qu’elle estime être un risque. Comme tout geste médical, elles ne doivent être réalisées qu’en cas de nécessité et après information. Les médecines dites « douces » ont leur place pour les femmes qui le désirent, mais ne doivent pas retarder l’intervention des spécialistes de l’accouchement en cas de difficultés ou de complications.
Renvoyer une image de « violence contre les femmes » est paradoxal, alors que plus de 80% des Internes de gynécologie-obstétrique ainsi que la grande majorité des sages-femmes sont des femmes !
Nous savons faire la part des choses quand certain(e)s polémistes se sont fait une spécialité lucrative du dénigrement, de l’opposition aux preuves scientifiques et de la manipulation, et ne pas répondre aux provocations. Les critiques doivent être entendues, mais les reprises de citations, de témoignages, non mis en balance avec des enquêtes globales de satisfaction émanant de l’ensemble des femmes, de l’ensemble des parturientes, conduisent à des attaques diffamatoires et sont alors très mal ressenties par les professionnels de la naissance (Gynécologues, Obstétriciens, Anesthésistes, Pédiatres, Sages-femmes).
Nous ressentons un vif sentiment d’injustice, alors que nous sommes engagés 24/24 h et 365 jours par an, dans des conditions souvent difficiles, dans la sécurité des soins apportée aux femmes et aux enfants, alors que nous remettons sans arrêt en cause nos pratiques et, qu’au quotidien nous recevons de nos patientes de nombreux signes et témoignages de satisfaction. Et puisque ces polémiques destructrices sont reprises au sein du gouvernement par la Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, nous en appelons donc au soutien de notre Ministre de tutelle.
Faire cesser la polémique n’est pas de votre ressort, toutefois, pour que la réalité soit mieux approchée, pourquoi, par exemple, ne pas lancer une enquête nationale de satisfaction ?
Alors que la spécialité de gynécologie-obstétrique ne cesse de reculer dans les choix à l’ECN, ces attaques incessantes, relayées au sein du gouvernement, risquent d’aggraver le mouvement actuel qui conduit à choisir des spécialités « tranquilles » et moins à risque de conflit ou de procès. Plus de 70% des naissances ont lieu dans les Hôpitaux, et le risque est réel, à très court terme, d’une désertification en gynécologues obstétriciens des salles d’accouchement.
Au-delà de cette spécialité particulièrement exposée du fait de son intense côté émotionnel, tous les médecins ne peuvent que se sentir concernés par cette stigmatisation permanente de leur exercice, par des groupes de pression dont les motivations sont souvent bien éloignées des intérêts des patient(es). Ces campagnes incessantes sont une menace dangereuse sur la confiance nécessaire entre usagers et soignants, et ce pour l’ensemble de la médecine.
En espérant votre soutien, nous vous prions de recevoir, Madame la Ministre, l’expression de nos salutations très respectueuses et dévouées.

Max-André DOPPIA - Président AVENIR HOSPITALIER            
Pascale Le PORS-LEMOINE - Vice-Présidente AVENIR HOSPITALIER

Les diaporamas du colloque AH 2017 sont en ligne

« Changements et avenir du travail à l’hôpital public » 

15 MARS 2017

 

Votre hôpital a changé, change et va encore changer : regroupements hospitaliers, télé-médecine, intensification du travail, horaires extensifs, synchronisation des temps, féminisation, concurrence, rentabilité, informatisation  etc.


Notre travail a changé et va encore changer : certains de nous s'y retrouvent, d'autres moins ou pas du tout, l'actualité le prouve chaque semaine. Comment nous y retrouver, comment s'y repérer, quelle place les jeunes veulent-ils y prendre.


Pour accéder aux diaporamas, cliquez ici

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

       

Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Juin 2019

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

Les parlementaires veulent dissuader les médecins de faire carrière à l’hôpital

 
Les sénateurs ont introduit dans le projet de loi de santé un article, validé en Commission mixte paritaire Assemblée nationale / Sénat, qui impose aux praticiens hospitaliers démissionnaires et aux praticiens hospitaliers à temps partiel une clause leur interdisant d’exercer en secteur libéral s’ils rentrent en concurrence avec leur hôpital, avec des critères larges (rayon maximal de 10 km) dont l’appréciation relève du directeur de l’établissement. Les sanctions financières qui sont prévues en cas de non-respect de cette clause sont dissuasives.
 
Cette mesure est catastrophique pour l’attractivité des carrières médicales hospitalières, déjà largement mise à mal depuis de nombreuses années en raison de l’insuffisance des rémunérations et des conditions de travail qui ne cessent de se détériorer. Quel jeune praticien acceptera de s’engager dans le service public si cela conduit à lui mettre des chaînes et ne plus pouvoir repartir dans le secteur privé à moins de déménager ? Il est incroyable que le caractère dissuasif d’une telle mesure n’ait pas été perçu par les parlementaires et le gouvernement. Pire encore, cette mesure touche également les praticiens hospitaliers à temps partiel alors que jusqu’à présent, aucune disposition en ce sens n’a jamais existé. Tout cela conduira certainement à une vague de départ anticipé avant que les décrets d’application ne soient publiés.
 
Comment de telles dispositions ont pu être introduites dans ce projet de loi alors que le Président de la République et tous nos interlocuteurs au Ministère des solidarités et de la santé n’ont cessé de prôner l’exercice mixte public – privé ? Cette clause de non-concurrence, laissée à l’appréciation du directeur de l’établissement, rend l’exercice mixte particulièrement risqué voire impossible. Elle ne défend en rien l’hôpital public mais va décourager les praticiens de venir y travailler. Ils préféreront s’installer d’emblée dans le privé ou faire de l’intérim pour éviter de ne plus pouvoir exercer en libéral s’ils prennent un poste de praticien hospitalier titulaire ou contractuel.
 
Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins appellent les députés et le gouvernement à revenir à la raison en supprimant cet article délétère lors de la lecture du texte de la Commission mixte paritaire à l’Assemblée Nationale le 10 juillet prochain.
 

 

Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins remportent les élections professionnelles médicales hospitalières !

 
 
Les élections professionnelles qui se sont déroulées du 25 juin au 2 juillet 2019 pour les médecins, pharmaciens et odontologistes hospitaliers ont permis à APH & JM de devenir la première force syndicale représentative chez les Praticiens Hospitaliers titulaires ainsi que chez les Praticiens non titulaires. De plus APH & JM font une entrée remarquée chez les Hospitalo-Universitaires en obtenant plus de 30 % des voix et un siège, qui sera occupée par la seule femme du collège HU du Conseil Supérieur des Professions Médicales, ceci pour leur première participation ! 
 
Nous remercions tous les collègues qui nous ont fait confiance en Métropole et Outre-Mer, et ont choisi les éléments forts de notre programme proposant un statut unique de Praticien Hospitalier avec quotité modulable, davantage de démocratie dans les nominations hospitalières, une remédicalisation de la gouvernance, et une meilleure représentation syndicale dans les Hôpitaux. Ces propositions phares sont issues des résultats de notre consultation via le site LeGrandDebatSante.fr, que nous avions promis de porter et que nous défendons depuis le début du cycle de négociations en cours avec le Ministère de la Santé et des Solidarités. 
 
Bien entendu, les négociations statutaires interrompues au prétexte de la période électorale en cours devront reprendre sans délai, pour parler des rémunérations, des conditions d’exercice, et notamment des garanties sur le respect du temps de travail de tous les praticiens hospitaliers.
 
La confiance que vous nous avez témoignée a été bien placée : nous vous le démontrerons encore plus fort, que ça soit au service du collectif, ou des situations individuelles de collègues en difficultés. APH & JM assumeront ces responsabilités avec fierté et détermination.
 
Contacts :
Jacques Trévidic, Président CPH, Président APH
Renaud Péquignot, Président AH, Vice-président APH
Emanuel Loeb, Président Jeunes Médecins
Marc Bétrémieux, Secrétaire général APH
Raphaël Briot, Trésorier APH
Nicole Smolski, Présidente d'honneur APH
 

CRISE DE L'HÔPITAL ? La vidéo de l'interview de F. Pierru, Docteur en sciences politiques

LIRE LA VIDÉO

Alors que plus de 140 services d’urgences sont en grève et que le mouvement déborde des urgences, APH-JM interroge le sociologue Frédéric Pierru sur les causes racines de l’implosion actuelle du service public hospitalier.

Le mouvement des urgences est le symptôme d’une crise plus générale.

On nous dit «vous êtes désorganisés ». Il répond «votre financement est insuffisant pour assurer vos missions » «le modèle de l’hôpital-entreprise a touché le fond ».
Une vidéo-choc pour arrêter la culpabilisation et réfléchir à un autre modèle, réflexion autour du livre « la casse du siècle »*.

 

LA CASSE DU SIÈCLE : EN SAVOIR PLUS

© Avenir Hospitalier - VA Solutions 2012 - Tous droits réservés