A la Une

Informations APH

Sommaire :

1- Arrêté du 20 décembre 2016 (IESPE), 

2- Suite du Protocole d’accord de méthode

3- Elections des candidats AVENIR HOSPITALIER à la Commission Disciplinaire des HU

4- Fin d’année 2016

5- Déduction fiscale cotisation d’adhésion syndicale 

 

Chers Collègues,

1 - L' Arrêté du 20 décembre 2016 modifiant l’arrêté du 8 juin 2000 relatif à l’indemnité d’engagement de service public exclusif est paru au Journal officiel du 22 décembre 2016.

Ses dispositions sont applicables dès le 1er janvier 2017.

Elles figuraient en annexe du Protocole d’accord de méthode signé par les intersyndicales de PH le 24 novembre dernier avec Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la santé.

  • Un nouveau montant d l’Indemnité d’Engagement de Service Public Exclusif (IESPE) est défini à 700 € bruts au lieu de 490 €, 
  • Pour tout praticien pouvant justifier de 15 ans de versement de cette indemnité
  • Si vous êtes dans ce cas, nous vous recommandons de prendre rapidement attache auprès de votre administration locale pour bénéficier au plus vite de la mesure.
  • Un courrier signalant à votre direction, votre souhait de signer le renouvellement de votre engagement permettra de prendre date pour signer un avenant.

Pour tous les autres, l’application est possible à la date du début de la 16ème année d’engagement par la signature d’un avenant prolongeant le contrat. 

  • Vérifiez bien la date de votre contrat initial. 

D’autres textes sur lesquels nous travaillons sont attendus en parution prochaine au JO.

2- Suite du protocole d’accord de méthode:

Les séances de négociations reprendront le 17 et 18 janvier à la DGOS pour des livrables prévus fin février 2017. Sont en discussion : 

  • les valences de temps non clinique (livrable = à définir ; selon nous, le texte devra être de niveau réglementaire et non d’une simple instruction pour permettre l’effectivité de la mesure)
  • reconnaissance de l’impact des sujétions liées à la permanence des soins (livrable = instruction ministérielle et arrêté modifiant l’arrêté du 30 avril 2003) 
  • consolidation des modalités de gestion du temps de travail médical, en odontologie, biologie et pharmacie au sein des établissements publics de santé (livrable = décret en Conseil d’Etat et instruction ministérielle)

Vous pouvez compter sur notre détermination à faire progresser vos légitimes revendications.

3 - La fin d’année nous apporte une bonne nouvelle. 

Avenir HOSPITALIER a présenté une liste de 3 Praticiens HU pour l’élection à la Commission Discipline des personnels HU en Chirurgie et Médecine.

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’élection de 2 membres titulaires : Pr Philippe DESCAMPS (CHU Angers) et Pr Olivier FARGES (APHP; CHU Beaujon) , ainsi qu’un membre suppléant : le Dr Raphaël BRIOT (MCU-PH, CHU Grenoble)

Félicitations et merci à eux d’avoir porté les couleurs d’AH dans cette élection.

4- Les membres du Conseil d’Administration d’Avenir Hospitalier et de la CPH vous souhaitent de très Bonnes Fêtes de fin d’année, en famille et avec vos proches.

Nous avons une pensée toute particulière pour celles et ceux qui assumeront la continuité et la permanence des soins à l’hôpital.   

5- RAPPEL : N’oubliez pas que vous pouvez toujours soutenir l’action intersyndicale en adhérant à l’une des organisations membres d’AH ou directement à Avenir Hospitalier. Chaque année, une déduction fiscale de 66 % s’applique à votre cotisation jusqu’au 31 décembre.

C’est grâce à l’aide de vos cotisations pour AVENIR HOSPITALIER, qui vous reviennent à moins de 60 € par an, que nous pouvons assurer l’ensemble des services que nous vous rendons.

 

Préavis de grève du 26 septembre : Flash Info

Ce Flash-Info (télécharger le document en cliquant ici) du 17 septembre a pour objectif de vous informer sur les ralliements au préavis de grève des soins par les praticiens hospitaliers le lundi 26 septembre 2016 à l’appel du SNPHAR-E et soutenu par deux Intersyndicales, AVENIR HOSPITALIER et la CONFEDERATION des PRATICIENS des HOPITAUX réunis au sein d’ACTION PRATICIENS HÔPITAL.

Aujourd’hui, 11 organisations représentant des secteurs clé de l’hôpital public vous demandent de suivre les termes du préavis de grève et de cesser le travail le 26 septembre en vous déclarant gréviste auprès de votre administration et en nous le signalant, avec vos commentaires, sur l’adresse signalée Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Nos organisations n’ont pas pour habitude de vous solliciter inutilement. Tant par respect des usagers que de vous-mêmes. Mais à l’heure actuelle, votre mobilisation nous est nécessaire dans la perspective de négociations qui devront s’ouvrir pour sortir l’hôpital public de l’enlisement qui est le sien et dont chacun subit les effets au quotidien. Personne ne doit se résigner à constater jusqu’à 30 et 40 % de postes non pourvus et la soumission actuelle au Marché de l’intérim médical, véritable fléau, conséquence d’une attractivité insuffisante des carrières hospitalières.

Ça n’est donc pas une grève d’anesthésistes réanimateurs, mais un mouvement global des spécialités hospitalières.

La question du temps de travail doit être reposée, et résolue. Celle des revenus aussi. Mais, pour que l’air de l’hôpital redevienne respirable, il ne faut pas oublier les aspects organisationnels pour lesquels votre engagement responsable doit être pris en compte avec l'indispensable part d’autonomie qu’il suppose.

La création des Groupements Hospitaliers de Territoires vous a été exposée. Ils importeront les organisations et les temps de travail. Ce terrain vous concerne et nous nous engageons pour la défense de vos intérêts matériels et moraux, comme c’est notre rôle d’organisations syndicales représentatives.

N’hésitez pas à faire circuler ces informations.

Merci de votre confiance,

Nicole SMOLSKI présidente d’APH
Max-André DOPPIA president d’AH
Jacques TREVIDIC président de la CPH
Yves REBUFAT président du SNPAHR-Elargi

Colloque Avenir Hospitalier - 2016

QUEL AVENIR (HOSPITALIER) POUR LA CHIRURGIE ?

12 Mai 2016, Paris

Ce colloque a été une belle journée, riche en débats. Avenir Hospitalier remercie l'ensemble des orateurs pour la qualité de leur présentation et les participants à cette journée, qui sont parfois venus de loin, pour la qualité des débats.

                                                 

Les multiples bouleversements de la santé, les réformes successives de l’hôpital (HPST, T2A, organisation de l’activité autour de blocs centralisés, temps de travail, évolutions sociologiques), ont profondément modifié l’exercice de la chirurgie à l’hôpital et ce colloque a permis d'aborder plusieurs facettes de ces évolutions.

Nous rappelons que l’intersyndicale Avenir Hospitalier vient de créer un espace syndical chirurgie publique et a décidé de se pencher, avec et pour les acteurs hospitaliers, sur ces évolutions. Ce colloque a été une première étape de ce cycle de réflexions avec les chirurgiens hospitaliers, quelle que soit leur spécialité, et quel que soit leur statut.

Pour accéder aux diaporamas cliquez ici

Pannes hospitalières en vue…

Au moment où, dans les hôpitaux publics, l’été devrait déjà se préparer avec des recrutements de praticiens faisant suite aux promesses des différentes missions de ces dernières années, rien n’a encore bougé et rien n’est encore lisible.

En revanche, les intérimaires, eux, sont déjà recrutés quand les PH ne perçoivent toujours pas encore le moindre signal susceptible d’inverser la spirale descendante de la démographie hospitalière.

Face à cette situation, les 5 Intersyndicales de Praticiens Hospitaliers sont en devoir d’exigence de mesures d’attractivité claires, intelligibles et de bon sens.

Celles-ci ne remettraient pas en cause la loi de modernisation du système de santé et la réorganisation du tissu hospitalier en Groupements Hospitaliers de Territoires (GHT) mais, au contraire, leur donneraient un souffle vital pour leur déploiement et leur fonctionnement avec des praticiens investis car enfin mieux reconnus.

Le Communiqué de Presse unitaire (Cliquez ici) témoigne de l’urgence à agir pour l’hôpital avant 2017 et d'associer les paroles et les décisions concrètes d’effet à court et moyen terme pour des recrutements et donc des organisation hospitalières pérennes. 

Une base de données recensant tous les dysfonctionnements durant l’été sera bientôt remise mise en service afin d’aider à la quantification précise des pannes hospitalières. 

Dr Max-André DOPPIA
Président d'AVENIR HOSPITALIER
tél : 0683376264
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 8 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Octobre 2017

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...