Communiqués de presse

Rapport Couty. Enfin, la page HPST tournée.

 

La CPH et Avenir Hospitalier ont pris connaissance avec satisfaction du rapport remis par E Couty à la Ministre de la santé lundi 4 mars 2013, et des intentions de celle-ci pour redonner sens et confiance à l’hôpital public. Le choc des dernières réformes a mis l’hôpital à la dérive, comme un bateau ivre ayant quitté son sens premier de Service Public, et perdu les valeurs de solidarité, de respect et d’humanisme qui lui étaient vitales pour avancer.
Nous les remercions de cette large concertation, exercice difficile car réunir toutes les composantes de l’hôpital, y compris ceux qui ont largement accompagné HPST et désormais plaident le repos dans les réformes n’était pas assuré de la réussite.


Nos deux organisations adhèrent à l’ensemble des intentions de la Ministre : il fallait tourner la page HPST, funeste concrétisation de toutes les réformes précédentes.

Etant particulièrement attachés au dialogue social décliné aux PH, nous nous félicitons de la création d’une structure nationale de concertation pour les PH, de la consolidation des Commissions Régionales Paritaires, ainsi que de la création d’un vivier de professionnels pour les missions de conciliation en cas de conflits.

Nous prenons note avec satisfaction de la création d’une section médicale du CHSCT, seul moyen pour que l’hôpital fonctionne enfin sur deux jambes, en équilibre avec la CME revivifiée. Nous poursuivrons fortement notre engagement pour que la démocratie soit respectée au sein des établissements, notamment via la représentativité syndicale. Les PH ne seront plus le seul groupe professionnel à ne pas avoir de lieu d’expression de qualité santé au travail, et à pouvoir parler pénibilité !

Les intentions affichées d’un Service Public Hospitalier Territorial inscrit dans la Loi, un financement garanti sans gel des MIGAC, un schéma régional d’investissement ne peuvent que rencontrer notre appui. L’alternative au « tout T2A » ciblée sur une tarification au parcours est une piste intéressante pour les maladies chroniques, il faudra toutefois sortir davantage du piège de l’Acte et de sa Rémunération, comme seul structurant de l’activité.

En deux mots : Bravo et merci.

Nous serons vigilants et engagés comme d’habitude pour que ces intentions ne soient pas dépouillées par les divers groupes de pression qui avaient soutenu HPST.

Maintenant, au travail : nous attendons les textes et les concertations promises.

Drame de Port Royal: Pour les conditions d'un exercice serein


La mort in utero  d'un enfant appelle avant tout la compassion pour les jeunes parents endeuillés, ainsi que pour une équipe soignante de qualité bouleversée ...


Les années écoulées ont vu de nombreuses restructurations de maternités, pas toujours accompagnées pour les femmes des moyens matériels  et humains qu’elles méritent.
L'alourdissement constant des charges administratives, la multiplication des tâches et des contrôles a longuement été dénoncée par les soignants et relayé par Avenir Hospitalier  lors  de la mission Pacte de confiance : la difficulté  à preserver suffisamment de temps,  et de  sérénité auprés des patients est vécue comme un authentique facteur de risque d'accident.

Sans préjuger des conclusions de l'enquête menée à Port Royal, un état des lieux - réellement médical - des moyens disponibles pour accueillir les femmes enceintes, ainsi qu'une nouvelle campagne d'information sur  la pertinence de leur orientation fonction du déroulement de leur grossesse (maternité de niveau 1,2 ou 3) apparaissent comme indispensables.

Surtout, il est urgent de redonner aux soignants le temps de soigner ...

Tout particulièrement en obstétrique, le risque zéro n'existe pas, mais tendre vers ce risque zéro est un devoir, et un engagement sincère de toutes les équipes obstétricales au côté des parturientes et de leurs familles.

Le SYNGOF/Avenir Hospitalier rappelle son attachement au respect des acteurs, à des conditions d’exercice permettant sécurité, qualité et sérénité, en dehors des surpressions venues des contraintes extérieures loin du coeur du soin.

Mission Couty: De grands espoirs a confirmer

 

Nous avons écouté avec beaucoup d’attention les intentions de Monsieur Couty, dont nous attendons le rapport avec impatience. Nous attendons avec encore plus d’impatience les arbitrages de la Ministre, ses décisions, et les concertations et négociations qu’elle va lancer. L’espoir est lancé, il ne va pas falloir le décevoir.

 

Lire le communiqué entier

 

lire le communiqué

Représentation syndicale des PH à l’hôpital : La mission Couty sous haute pression ?

Communiqué commun CPH-Avenir Hospitalier

Après les échanges très ouverts du pacte de confiance et les orientations annoncées par E. Couty lors de la réunion de synthèse du 9 janvier, la conception d’un CHSCT à composante médicale semblait consensuelle et acquise, tant la création d’une véritable représentation syndicale des médecins apparaissait à la  fois logique et nécessaire au développement d’un dialogue social équilibré et moderne, à chacun des 3 échelons national, régional et local. Mais il semble que des groupes de pression profitent de l’ombre qui nous sépare de la rédaction finale pour tenter de se faire entendre. En voix off.

Que craignent donc les Présidents de CME ? Une perte de pouvoir au profit d’une  d’expression syndicale parallèle à la leur pour dire le mal être des praticiens hospitaliers et défendre leurs conditions de travail ? Mais ont-ils jamais pu se saisir des problèmes de santé au travail, de pénibilité et de médiation, quand aujourd’hui chacune de nos organisations est débordée par les plaintes des collègues pris dans des conflits locaux. Comment pourraient-ils aujourd’hui devenir subitement les seuls interlocuteurs légitime de la défense des professionnels, quand ils en sont les représentants institutionnels ? Incroyable confusion des genres et régression des esprits. L’expression du corps médical passe à la fois par les représentations institutionnelles et professionnelles qui doivent évidemment s’additionner et jamais se combattre.

Que craignent donc certaines Intersyndicales, qui lors des échanges acquiesçaient au besoin d’un CHSCT ouvert aux médecins, et affirment maintenant que le syndicalisme médical n’a pas de place ni de rôle à jouer au sein des hôpitaux ? Comme si la seule chose importante était d’arpenter les couloirs du ministère ! Incroyable conception restrictive, passéiste et oligarchique du syndicalisme médical !

La CPH et  Avenir Hospitalier font ensemble une analyse toute différente en affirmant qu’il s’agit, dans cette période charnière, d’un enjeu historique majeur pour la défense professionnelle des praticiens :

•    Soit on donne à l’hôpital les moyens humains de ses ambitions, avec un dialogue social refondé qui repose sur la création d’instances à tous les niveaux : le local étant celui qui importe le plus à nos collègues, le régional et le national étant vitaux pour les décisions à prendre.
•    Soit on se contente d’un discours incantatoire « replacer le service public hospitalier au centre du système de soins » « promouvoir une tarification adaptée » et même « vivre heureux à l’hôpital » rien ne changera faute d’acteurs. Faut-il rappeler une fois de plus que certaines régions sont des déserts médicaux hospitaliers et  fonctionnent dans des conditions indignes de la République. Il faut redonner du sens au travail, et pouvoir écouter les praticiens de terrain, qui pour l’instant n’ont pas de lieu d’écoute, et  soit souffrent en silence, soit quittent le navire.

Nous aussi sommes représentatifs des PH : nos voix cumulées représentent 43% des PH. Alors faudra-t-il se fâcher, ensemble, pour que la voix des PH soit entendue, en complément de la CME qui à ce jour n’est que l’émanation de la gouvernance avec des membres de droit désignés par le Directeur ?

CET des médecins hospitaliers: sortie in extremis des textes.

Le décret tant attendu permettant de régler le difficile problème des Compte Epargne Temps des médecins hospitaliers est sorti, juste à temps pour que certains collègues ne se voient pas supprimés leurs jours épargnés en 2002 : ouf !

De notre point de vue, détaillé ci après, c'est un  texte qui constitue une grande avancée, qui aurait pu aller plus loin.  Nous sommes prêts à travailler sur des solutions complémentaires qui rendraient ce texte encore plus satisfaisant : pour que les CET ne soient plus un poids mais une arme de plus dans la question de l’attractivité des carrières qui en ont bien besoin.

Lire le CP

Nous mettons également à votre disposition les règlements globaux mis à jour  applicables aux PH sur le CET à compte de janvier 2013

 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 10 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Juin 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...