Communiqués de presse

BILAN DE LA PREMIERE ANNEE D’UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SANTE: POUR AVENIR HOSPITALIER UN BILAN DECEVANT.

Il convient d’aborder d’emblée les points de satisfaction, et Avenir Hospitalier note certains points positifs, tels que des avancées statutaires, la mission Couty et le Pacte de confiance, les discussions sur le teps de travail des PH et le retour du dialogue social.

Mais la déception reste grande car rien n’a changé dans les hôpitaux. Avenir Hospitalier condamne notament le maintien de la logique financière et productiviste de la Loi HPST,   l'absence de mise en ouvre des  préconisations du Rapport Couty, Le projet d’un CHSCT médical quasi enterré,  l’absence de rénovation démocratique des CME, et tout cela encadré d'une vision rétrograde de certaines Intersyndicales.

L’heure est au courage politique. Si rien ne change, l’hôpital continuera à se dégrader et les PH continueront à se détourner d’un lieu où ils ne pourront  espérer aucune reconnaissance et aucune satisfaction au travail.

Pour Avenir Hospitalier nos attentes de changements ne sont pas satisfaites. Cette attente devient pesante et la réaction à la rentrée sera à la hauteur de notre déception.

lire le CP entier

CHU DE MARTINIQUE : URGENCE URGENCE URGENCE

Avenir Hospitalier soutient pleinement l’action engagée par les confrères hospitaliers de Martinique, engagés fortement depuis plusieurs mois dans la dénonciation des conditions de travail et de prise en charge des patients au sein du CHU de Fort de France.

lire le CP au format pdf

Si vous avez raté le début, vous pouvez également lire le CP du SMH du 18 avril 2013, et la lettre adressée par le SMH à la ministre.

 

Rapport Couty. Enfin, la page HPST tournée.

 

La CPH et Avenir Hospitalier ont pris connaissance avec satisfaction du rapport remis par E Couty à la Ministre de la santé lundi 4 mars 2013, et des intentions de celle-ci pour redonner sens et confiance à l’hôpital public. Le choc des dernières réformes a mis l’hôpital à la dérive, comme un bateau ivre ayant quitté son sens premier de Service Public, et perdu les valeurs de solidarité, de respect et d’humanisme qui lui étaient vitales pour avancer.
Nous les remercions de cette large concertation, exercice difficile car réunir toutes les composantes de l’hôpital, y compris ceux qui ont largement accompagné HPST et désormais plaident le repos dans les réformes n’était pas assuré de la réussite.


Nos deux organisations adhèrent à l’ensemble des intentions de la Ministre : il fallait tourner la page HPST, funeste concrétisation de toutes les réformes précédentes.

Etant particulièrement attachés au dialogue social décliné aux PH, nous nous félicitons de la création d’une structure nationale de concertation pour les PH, de la consolidation des Commissions Régionales Paritaires, ainsi que de la création d’un vivier de professionnels pour les missions de conciliation en cas de conflits.

Nous prenons note avec satisfaction de la création d’une section médicale du CHSCT, seul moyen pour que l’hôpital fonctionne enfin sur deux jambes, en équilibre avec la CME revivifiée. Nous poursuivrons fortement notre engagement pour que la démocratie soit respectée au sein des établissements, notamment via la représentativité syndicale. Les PH ne seront plus le seul groupe professionnel à ne pas avoir de lieu d’expression de qualité santé au travail, et à pouvoir parler pénibilité !

Les intentions affichées d’un Service Public Hospitalier Territorial inscrit dans la Loi, un financement garanti sans gel des MIGAC, un schéma régional d’investissement ne peuvent que rencontrer notre appui. L’alternative au « tout T2A » ciblée sur une tarification au parcours est une piste intéressante pour les maladies chroniques, il faudra toutefois sortir davantage du piège de l’Acte et de sa Rémunération, comme seul structurant de l’activité.

En deux mots : Bravo et merci.

Nous serons vigilants et engagés comme d’habitude pour que ces intentions ne soient pas dépouillées par les divers groupes de pression qui avaient soutenu HPST.

Maintenant, au travail : nous attendons les textes et les concertations promises.

Urgence au CH de Roubaix !

Communiqué commun Avenir Hospitalier – CPH


Avenir Hospitalier et la Confédération des Praticiens des Hôpitaux apportent leur entier soutien aux équipes du service des urgences du Centre Hospitalier de Roubaix dans le conflit qui les oppose à leur direction.

Il apparait que la directrice de ce Centre Hospitalier, dont le comportement a déjà provoqué le départ de plusieurs médecins de qualité, n'est plus en mesure d'accompagner sereinement la gestion de cette crise.

Avant que d'autres départs ne viennent aggraver une situation déjà bien tendue, les organisations syndicales signataires en appellent à la Ministre pour que des décisions soient prises en ce sens.

Il s’agit d’une triste illustration des possibles dérives du fonctionnement de nos instances hospitalières, en l'absence de dialogue social, alors que nos organisations sont prêtes à s'investir localement pour résoudre ce conflit, et trouver des solutions locales au problème national que constituent les flux au sein des services d'urgence.

L’exemple du Centre Hospitalier de Roubaix n’est hélas pas isolé. Partout, de nombreuses équipes des urgences sont en grandes difficultés de fonctionnement. Avec une évidente clarté, de telles situations  témoignent de l’urgente nécessité d’une réforme hospitalière adaptée et de la mise en acte rapide des propositions contenues dans le Rapport Couty sur le pacte de confiance.

Drame de Port Royal: Pour les conditions d'un exercice serein


La mort in utero  d'un enfant appelle avant tout la compassion pour les jeunes parents endeuillés, ainsi que pour une équipe soignante de qualité bouleversée ...


Les années écoulées ont vu de nombreuses restructurations de maternités, pas toujours accompagnées pour les femmes des moyens matériels  et humains qu’elles méritent.
L'alourdissement constant des charges administratives, la multiplication des tâches et des contrôles a longuement été dénoncée par les soignants et relayé par Avenir Hospitalier  lors  de la mission Pacte de confiance : la difficulté  à preserver suffisamment de temps,  et de  sérénité auprés des patients est vécue comme un authentique facteur de risque d'accident.

Sans préjuger des conclusions de l'enquête menée à Port Royal, un état des lieux - réellement médical - des moyens disponibles pour accueillir les femmes enceintes, ainsi qu'une nouvelle campagne d'information sur  la pertinence de leur orientation fonction du déroulement de leur grossesse (maternité de niveau 1,2 ou 3) apparaissent comme indispensables.

Surtout, il est urgent de redonner aux soignants le temps de soigner ...

Tout particulièrement en obstétrique, le risque zéro n'existe pas, mais tendre vers ce risque zéro est un devoir, et un engagement sincère de toutes les équipes obstétricales au côté des parturientes et de leurs familles.

Le SYNGOF/Avenir Hospitalier rappelle son attachement au respect des acteurs, à des conditions d’exercice permettant sécurité, qualité et sérénité, en dehors des surpressions venues des contraintes extérieures loin du coeur du soin.

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 10 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Juin 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...