Communiqués de presse

CET des médecins, il y a urgence à légiférer!

Le lancement du pacte de confiance au sein des hôpitaux ne doit pas faire oublier les dossiers urgents et en souffrance depuis des années, en premier lieu celui des CET des médecins hospitaliers.

En effet, tant que la date butoir de 10 ans n’est pas abrogée, les jours épargnés en 2002 doivent être pris en congés d’ici … fin 2012. Il reste donc 3 mois pour trouver une solution décente et honorable, sans quoi ces jours seront pris en congés, faisant courir de gros risques organisationnels dans les établissements, qui n’ont pas besoin de ça en plus : personne n’acceptera de perdre 20 jours de travail effectué en plus des obligations ! La prise de ces jours en congés non programmés  faute d’une solution dans des effectifs déjà tendus risque d’aggraver les tensions au sein des établissements.

Un décret devait sortir avec l’équipe précédente, qui même si tous les items n’étaient pas satisfaisants, constituait une avancée. Ce texte n’est pas sorti malgré force renfort médiatique, et le problème reste entier.

Avenir Hospitalier rappelle aux pouvoirs publics les fondamentaux à régler dans l’urgence :

  • la suppression de cette date butoir ;
  • la sécurisation des CET en cas de maladie, invalidité, mutation ;
  • un droit d’option garanti permettant soit du temps, soit la monétisation soit un abondement à la retraite ;
  • la possibilité d’organiser les remplacements du médecin absent.

Ces différentes solutions devant être suffisamment attractives pour permettre un vrai choix et pas seulement prendre du temps !

L’absence de proposition satisfaisante concernant notamment la retraite ne doit pas conduire à différer la sortie d’un décret, les discussions sur ce thème pouvant se dérouler tranquillement après la sortie du décret jusqu’à une solution satisfaisante.

Mais pour l’instant, les médecins hospitaliers sont très inquiets, une solution rapide doit être trouvée pour les rassurer, et les installer dans la… confiance.

Avenir Hospitalier est prêt à s’engager dans la concertation lancée, mais pour autant les gros problèmes en souffrance depuis plusieurs années doivent trouver des solutions, le dossier CET en premier lieu.

Maintenons confiance et dialogue, pour cela solutionnons les problèmes.

Élections présidentielles : un espoir pour l'hôpital et ses acteurs ?

L’Intersyndicale Avenir Hospitalier salue l'élection de F.Hollande à la Présidence de la République.

Alors que les services publics et l'hôpital, un des phares de la solidarité nécessaire pour tous surtout en cette période de crise, ont subi depuis cinq ans une déconstruction organisée, cette élection constitue une fenêtre potentielle positive pour tous ses acteurs. Il était temps, et les séquelles risquent d’être lourdes notamment en terme humain.

Lire la suite...

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 9 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Février 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...